Partager

Recherche & Innovation

Comment développe-t-on un médicament ?

La recherche clinique permet d'étudier la tolérance et l'efficacité d’un médicament chez l’homme.

Entre la découverte d’un traitement potentiel et son arrivée au lit du patient, il faut souvent compter une dizaine d’années et des centaines de millions d’euros en recherche et développement.

Du laboratoire…

En général, l’idée d’un nouveau médicament provient du travail des chercheurs pour comprendre les mécanismes biologiques du corps et des maladies. C’est ce qu’on appelle la recherche fondamentale.

Les (bio)chimistes essaient alors de produire une molécule capable de cibler une voie biologique jugée intéressante. À ce stade, les effets sont trop aléatoires pour être évalués sur l’homme. On travaille donc en laboratoire : ce sont les études précliniques.

… à l’homme

La suite relève de la recherche clinique, qui se déroule à l’hôpital et sous la supervision d’une équipe médicale. Elle vise à prouver l’efficacité et l’innocuité relative du traitement candidat.

Les essais se divisent en phases :

Phase 1 : essai sur un nombre limité de personnes pour juger de la sécurité d’emploi du produit.

Phase 2 : essai sur un petit groupe de malades pour confirmer l’activité pharmacologique.

Phase 3 : essai sur des cohortes de malades afin d’évaluer l’efficacité et la tolérance du produit par rapport à un traitement et/ou un placebo.

Mise sur le marché

A chacune des phases, un grand nombre de candidats est nécessaire pour arriver à la sélection d’un produit, car il y a peu d’élus à l’arrivée.

Balance bénéfices-risques

La mise à disposition d’un traitement repose sur le principe de la balance bénéfices-risques. Lorsque celle-ci est considérée comme positive par les autorités sanitaires, la mise à disposition du produit sur le marché est autorisée. Les médecins, de leur côté, ne proposent un traitement que s’ils estiment, en fonction du patient, que celui-ci est approprié.

Une minute pour comprendre…

Le système immunitaire face au cancer

 
 
 
© 2016 BRISTOL-MYERS SQUIBB FRANCE
IOFR16NP03625 – 06/2016 – V3
IOFR16NP03625 – 06/2016 – V3