myelome-multiple-cancer-moelle-osseuse

Qu’est-ce que le myélome ?

Le myélome multiple, ou maladie de Kahler, est un cancer de la moelle osseuse. Il se caractérise par une prolifération excessive d’un globule blanc, le plasmocyte, dans la moelle osseuse.

Le plasmocyte est la cellule de l’immunité chargée de secréter des protéines appelées anticorps. Comme tous les globules blancs, il est produit dans la moelle des os.
Parfois, un plasmocyte cancéreux apparaît et se met à proliférer de façon anormale, saturant la moelle osseuse et produisant des anticorps en excès. C’est ce qu’on appelle le myélome, ou maladie de Kahler.

Fractures à répétitions

Les symptômes du myélome sont dus à cette invasion de la moelle. La maladie entraîne une atteinte progressive des os, d’où une fragilité et des fractures spontanées. Les os longs sont les plus touchés : cuisse, bras, côtes, vertèbres.
La moelle osseuse saturée peine à produire les cellules du sang normales, d’où une grande fatigue (déficit en globules rouges), un risque d’hémorragies (déficit en plaquettes), et parfois des infections à répétition (déficit en globules blancs).
Les anticorps en excès produits par les cellules du myélome s’accumulent dans les reins, provoquant à terme un risque d’insuffisance rénale.

Examen sanguine

Le diagnostic de myélome commence par un examen du sang, souvent de routine. Les plasmocytes anormaux étant issus d’un plasmocyte cancéreux unique, ils produisent le même anticorps, qui peut être détecté dans le sang.
L’examen sanguin est complété par une ponction de moelle, pour analyser les cellules du myélome, et un bilan d’imagerie médicale, pour visualiser d’éventuelles atteintes osseuses.

Un cancer encore mal connu

Le myélome touche surtout les personnes de plus de 60 ans et représente un cancer du sang sur dix. Ses causes sont encore mal connues, de même que les facteurs de risque associés.

ET L’I-O DANS TOUT ÇA ?

Malgré un arsenal thérapeutique de plus en plus fourni, le myélome reste une maladie où les rechutes sont fréquentes. La démarche de l’Immuno-oncologie vise à réactiver l’immunité contre les cellules cancéreuses. Des essais cliniques sont en cours pour adapter cette démarche dans le myélome.

LES PLASMOCYTES, USINES À ANTICORPS

Les lymphocytes B sont des globules blancs capables de reconnaître directement certains intrus (bactéries, parasites). Ils se transforment alors en plasmocytes et produisent de grandes quantités d’anticorps spécifiques de la menace identifiée. Ces anticorps, dissous dans le sang, aident l’organisme à éliminer l’intrus.