recherche-glioblastome-cancer-cerveau-questions

Les tumeurs du cerveau en cinq questions

D’origine encore mal connue, les tumeurs cérébrales primaires sont des cancers de gravité très variable.

Qu’est-ce que les tumeurs du cerveau ?

On différencie les tumeurs dites primaires, qui se développent à partir de cellules du cerveau, des métastases cérébrales, liées à la dissémination d’un autre cancer. Il existe beaucoup de tumeurs cérébrales primaires différentes.
Les plus fréquentes affectent les cellules gliales, les cellules du cerveau qui jouent un rôle de soutien et de protection des neurones. On parle alors de gliome, ou de glioblastome pour la forme la plus agressive. Souvent moins graves car d’évolution lente, les méningiomes sont des tumeurs des méninges, les membranes qui enveloppent le cerveau.
D’autres tumeurs touchent les nerfs (neurinomes), les glandes du cerveau qui sécrètent des hormones (cancers de l’hypophyse ou de l’épiphyse), ou des cellules immunitaires du cerveau (lymphomes cérébraux).

Qui est concerné ?

Les tumeurs du cerveau sont assez rares : on ne dénombre notamment qu'environs 3000 cas de gliomes par an chez l'adulte. C'est en revanche un cancer plus fréquent chez l'enfant.

Quels facteurs de risque ?

Ils sont mal connus. Des facteurs environnementaux sont à l’étude, comme les pesticides ou les champs électromagnétiques (téléphones portables, lignes haute tension), sans qu’aucune preuve formelle n’aie été apportée à ce jour.
L’exposition de la tête et du cou à des irradiations est un facteur de risque faible pour certaines tumeurs, dites alors radio-induites.

Comment les dépister ?

Il n’existe pas de dépistage des tumeurs cérébrales.

Quand consulter ?

Certains symptômes doivent alerter : maux de tête inhabituels, crises d’épilepsie se déclarant à l’âge adulte, troubles neurologiques (de la vision, de la parole, de la coordination motrice, de l’humeur, de la personnalité…).

Et l’I-O dans tout ça ?

L’immuno-oncologie vise à réactiver l’immunité anti-tumorale. Des essais cliniques avancés sont en cours pour évaluer l’efficacité de médicaments qui lèvent les freins de l’immunité dans le glioblastome ou les tumeurs du cerveau. Une autre voie de recherche, celle des vaccins thérapeutiques, est aussi à l’étude.