lymphome-hodgkin-ganglions-lymphatiques

Les lymphomes non-hodgkiniens

Le lymphome est un cancer du système lymphatique qui se développe lorsque les lymphocytes, les cellules de l’immunité acquise, deviennent cancéreuses.

Les lymphomes non hodgkiniens sont un vaste groupe de plusieurs dizaines de lymphomes, défini par opposition à la forme historiquement la mieux connue de la maladie, dite de Hodgkin.
Les lymphomes sont en général localisés dans un ou plusieurs ganglions lymphatiques. Certaines formes plus rares se déclarent dans le tube digestif, la peau, la moelle ou ailleurs. Les symptômes fréquents sont la présence de ganglions enflés, la fièvre et des sueurs nocturnes.

Différents selon le type de cellule

Le diagnostic repose sur une biopsie du ganglion ou de la zone concernée, afin de prélever et analyser les cellules cancéreuses en laboratoire. Il est complété par un scanner pour visualiser l’extension de la maladie.
On distingue deux catégories de lymphomes non hodgkiniens. Les lymphomes B affectent les lymphocytes B, les usines de production d’anticorps de l’organisme. Ils sont de loin les plus fréquents (9 cas sur 10). Les lymphomes T se développent à partir des lymphocytes T, des cellules immunitaires chargées de détruire les intrus.

Indolent ou agressif

On peut aussi classer les lymphomes selon la faculté de prolifération de leurs cellules. Les lymphomes indolents sont d’évolution lente : c’est le cas de certains lymphomes B, comme le lymphome folliculaire ou marginal. Les lymphomes agressifs peuvent évoluer en quelques années ou mois, comme le lymphome B diffus à grande cellules et tous les lymphomes T.
Les lymphomes non hodgkiniens touchent environ 12 000 personnes par an en France. Pour des raisons inconnues, leur taux d’incidence augmente depuis les années 70, mais semble en voie de stabilisation.

Et l’Immuno-Oncologie dans tout ça ?

L’Immuno-oncologie vise à réactiver l’immunité contre les cellules cancéreuses. Des recherches sont en cours dans les lymphomes non hodgkiniens.